Les SOIBINET de Vaux-Champagne (suite)

Publié le par Anne LUDWIG

 

Marie Rose épouse Ambroise Narcisse CAMUZET fils de Jean Martin et Nicole PERLOT, le 24 avril 1843,

les témoins sont :

Jacques ALBAUD, oncle maternel, charpentier à Vaux,

Alexandre Prosper CAMUZET, frère de l'époux, cultivateur à Vaux

Jean Baptiste GAUCHER, beau-frère de l'épouse, cultivateur et tisseur à Vaux

Pierre GAUCHER, éleveur d'abeilles, ami et également en parenté avec l'épouse.

 

Ce couple aura neuf enfants dont :

Marguerite Euphrasie née en 1845 et qui se mariera à VAUX le 17 juin 1862 avec André Hyppolite DASNOIS

Thérèse Eulalie née en 1848 qui épousera à Vaux le 17 juillet 1867 Thomas Stanislas ALBAUD

Thérèse Elisabeth née en 1851 qui épousera Narcisse Ambroise GAUCHER le 16 mars 1874

Octave Nicolas né en 1861 convolera avec Marie Julie PHILIPPART

et Marguerite Uranie la cadette épousera Léon COLLIGNON le 26 février 1881 à Vaux-Champagne.

 

Ce prénom d'Uranie m'intrigue, en vogue au début du XIXe siècle,on le trouve à plusieurs reprises dans l'état civil de Vaux-Champagne, il est peu banal dans un village agricole . D'origine grecque Ourania " la céleste" est la déesse de l'astronomie. C'est la première planète à avoir été découverte grâce au téléscope par William HERSCHEL le 26 avril 1781 à Bath en Angleterre. Par quel mystère ce prénom s'est-il propagé dans les Ardennes ?

 

Le décès de Marie Rose SOIBINET sera déclaré à la mairie le 7 novembre 1870 par son mari et son gendre Thomas ALBAUD. 

 

Le patronyme de CAMUZET est présent dans la Marne et provient d'un sobriquet signifiant : nez court et aplati.

 

Thérèse Elisabeth est l'aieule de ma grand mère, qui se souvient encore  avec délices des gauffres qu'elle faisait dans le fournil les dimanches d' hiver.

Lors de son mariage, elle a reçu en dot 17 ares 16 centiares de  terres dites" devant Beaumont" à  Vaux.

Elle  a hérité de son père une terre à Louvergny de 34 ares et 33 centiares selon l'acte passé le 27 mars 1878  auprès de maître GRUNDLER d' Attigny.

 

Thérèse et son Ambroise GAUCHER ont construit une maison d'habitation et d'exploitation à Vaux au lieu-dit" Les Bourgs" comprenant :

un corps de logis en brique couvert d'ardoises consistant en quatre places au rez de chaussée séparées par un corridor, une cuisine,une cave dessous, une salle de débit, un fournil et une chambre à coucher, à l' étage un grenier et un double grenier .

 

il y avait aussi une grange avec deux aires batteresses, un jardin avec baraque à lapins et lieux d aisance,une cour où se trouvent une écurie à vache, une écurie à chevaux, un poulailler, un rang à porcs, un fenil au dessous du tout entierement neuf et couvert d'un toit en ardoises et en tuiles.

C'est la mason natale de Louise GAUCHER.

Publié dans Généalogie

Commenter cet article