Le canal des Ardennes

Publié le par Anne LUDWIG


Enfant, j'ai passé une partie de mes vacances au bord du canal des Ardennes . Mes grands parents tenaient le Café de la Marine au lieu dit La Coquée à Neuville- Day,  à côté de l'écluse n° 20, qui voyait encore passer dans les années 1970, 30 à 35 péniches par jour. Les éclusiers de l'époque, Mr COUTIN puis MARTINEZ manoeuvraient les portes manuellement.
Entre les deux guerres, les mariniers se ravitaillaient en grains, fourrages pour leurs chevaux, et pomme de terre au Café DARDARD. Les belges apportaient du café en grain vert que ma grand mère torréfiait, du chocolat Cémoi ainsi que des cigares de contre bande .

Pour les passionnés, un lien qui retrace l'histoire du canal et présente des photos :

http://projetbabel.org/fluvial/rica_ardennes-canal.htm

également un ouvrage réalisé par la Société d'Etudes ardennaises en 1987 : " Le canal des Ardennes, mémoire et perspectives d'une autre route"


Les grandes étapes de la construction de canal de jonction de Semuy à Pont à Bar :

La première pierre est posée le 24 août 1823, les travaux font appel à une maind'oeuvre originaire d' Auvergne qui va s'installer dans la région de Montgon, des Belges de Liège et de la province de Hainaut, et de Bohème.
En 1825 une commission mixte décide du tracé, le canal suivra la rive gauche de l'Aisne, comme le préconisaient les ingénieurs militaires
La quasi totalité des écluses est achevée entre Semuy et Chateau-Porcien en 1829.
En 1836, la navigation est possible jusqu'à Vouziers.
Le réservoir de Bairon destiné à alimenter le canal en cas de sècheresse fonctionne à partir de 1845.
Le canal est au gabarit " Freycinet" : 17 m de largeur de plan d'eau, 2,20 m de mouillage, écluses de 38,50 m de longueur sur 5,20 m de largeur. Le canal est accessible aux péniches de 250 tonnes, à l'enfoncement de 1, 80 m. Les 26 écluses sont automatisées.
Au début du XX e siècle, les péniches étaient tractées par des chevaux qui remontaient les chemins de halage à 2 km/heure. Dans les années 1930, les tracteurs remplacent les chevaux, puis les péniches sont motorisées, elles transportent des grains, du charbon, du sel des usines Solvay,etc...

 

 

 

Article de presse in L’Union 18 août 2010

  

  

 

 

Traversant des paysages profondément bucoliques, le canal des Ardennes relie la vallée de la Meuse à la vallée de l'Aisne. Long de 88 km, il s'étire de Pont-à-Bar à Vieux-lès-Asfeld, où il devient le canal latéral à l'Aisne (également condamné dans le rapport Saint-Pulgent). Son extension entre Semuy et Vouziers le rallonge d'une douzaine de kilomètres.
Il compte 44 écluses, dont plus de la moitié dans la vallée de Montgon, entre Le Chesne et Attigny : la célèbre « vallée des écluses » en enchaîne 26 en seulement 9 kilomètres, pour compenser la pente de 80 km qui conduit vers l'Aisne.
Les rares péniches qui transitent encore par le canal ne peuvent excéder le gabarit dit « Freycinet », soit 38,5 mètres de long et 5,20 mètres de large.

6823 bateaux en 1901


Dans le remarquable ouvrage Les Ardennes à fleur d'eau *, l'historienne Marie-France Barbe évoque la création du canal. Plusieurs fois projetée aux XVIIe et XVIIIe siècles, sa construction fut finalement votée par les députés le 27 mai 1821. La première pierre fut posée, le 24 août 1823, à Pont-à-Bar.
Le canal a été construit en trois tranches : de Pont-à-Bar à Semuy, puis de Semuy à Vieux-lès-Asfeld, enfin le bras vers Vouziers. Les travaux furent achevés en 1837 - 1838 et le canal connut son âge d'or au début du XXe siècle. « En 1901, sur l'ensemble du canal, le trafic d'élève à 6.823 bateaux », note Marie-France Barbe. Plus d'un million de tonnes de marchandises transite chaque année.
« Cette embellie va durer jusque dans les années 1970 - 1973. La crise économique du département qui s'ensuit entraîne une chute de la moitié, voire des trois quarts du trafic par la voie d'eau. En 2008, ont été expédiées, en tout, 51.111 tonnes de produits agricoles, de denrées alimentaires et de fourrages. » Le tourisme fluvial a pris (en partie seulement) le relais. En 2008, on a compté 740 bateaux de plaisance aux écluses de Semuy et de Rilly-sur-Aisne

 






Le canal des Ardennes
Le canal des Ardennes
Le canal des Ardennes

Publié dans Ardennes

Commenter cet article

paulmartin 05/05/2010 14:28


bjr!
félicitations pour votre blog!
moi aussi je passais toutes mes vacances à Neuville et je connais bien le café de vos grands parents!
Mes grands parents habitaient la ferme qui se trouve le long du canal et ma grand mère etait la couturière du village (juste en face de la maison où Emilienne habite maintenant.

Cordialement.


Anne LUDWIG 05/05/2010 16:47



Bonjour,


Merci pour vos compliments, votre grand mère a dû confectionner des robes pour la mienne, Emilienne est ma tante, je suis la fille de Marie Pol, nous nous connaissons certainement.


Cordialement