Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog généalogique d' Anne LUDWIG

Testament de Didier Claudepierre

10 Juin 2009, 16:33pm

Publié par Anne LUDWIG

Orbey-Basses-Huttes.jpg

 

Photo du lieu-dit : les Basses-Huttes à Orbey, origine Guy DUPORTAIL

 

Ancêtre souche de nombreux généalogistes ayant des racines dans le val d'Orbey, Didier Claudepierre eut deux épouses : Reine BLAISE  x le 6 mai 1663 à Orbey et Catherine de la Coste  x 11 juin 1679 à Orbey. Il eut six enfants de ses deux lits. Le 4 décembre 1706, il rédige son testament devant le notaire royal. ( Source Arch Dép Haut-Rhin  4 E / 82) :

Mention marginale : expédiée à Didier Claude Pierre, des Huttes le 4/12/1706 

 

…..Ancel, officier à Orbey, …. Royal, le greffier dudit Val ayant été mandé par Didier Claude Pierre, bourgeois des Huttes et Catherine de la Coste, sa femme en seconde noce de nous vouloir transpasser à leur maison où ils résident au lieu des Basses Huttes, paroisse d’Orbey, là nous y étant transporté, ce jourd’huy où nous avons trouvé les dites parties qui nous ont remontré qu’estant fort âgées et ne sachant l’heure de leur mort, ils souhaitaient pour éviter tout procès entre leurs enfants, tant du premier mariage dudit Didier Claude Pierre  que du second mariage avec la dite Catherine de la Coste, faire un traité amiable tant à cause du premier enfant dudit Didier Claude Pierre avec sa première femme que pour récompenser Catherine de la Coste sa dernière femme des bons services qu’elle luy a rendus pendant son mariage et qu’elle lui promet de lui continuer à l’avenir, étant tout bon vieux, presque toujours malade et incommodé et pour luy donner moyen après sa mort de vivre plus commodément du quel traité entre :

 

Nicolas Balthasar, gendre ayant épousé Anne Claude Pierre,

Marguerite Claude Pierre  aussi enfant du deuxième mariage,

Jean Ancel, mari de Marie Claude Pierre, enfant dudit Didier Claude Pierre et de son premier mariage avec feue Reine Blaise sa première femme

 

Lequel traité ainsi qu’ils nous l’ont dit et s’ensuit :

 

Premièrement, qu’ils avaient déjà fait un autre traité en forme de donation le 20 de juin de l’année 1695, ledit traité en vertu des présents, demeure cassé, nul et comme non advenu et …. S’en désistant entièrement. 

Deuxièmement le dit Didier Claude Pierre prétend qu’il a vendu des anciens biens de ladite deuxième femme par contrat du 7 juillet 1681 et celle où ses frères après la mort dudit Didier Claude Pierre reprendront ladite somme de 160 florins sur la maison, aisances et appartenances de celle où ils résident au dit Basses Huttes, le grand chemin par-devant les biens de leur succession, les frères Nicolas et Miclin Blaise par-dessous. 

En troisième lieu que leurs anciens …ladite Catherine de la Coste prendra par préciput une vache à son choix dans celles de la succession pour une somme de 25 florins à son lieu de résidence qu’elle aura sa vie naturelle durant la jouissance et la demeurance dans ladite maison et appartenance sans que personne la puisse troubler et inquiéter en manière que ce soit ou puisse être qu’au surplus tous les biens meubles en fond ou d’acquest, seront partagés en deux parties égales  l’une pour Catherine de la Coste, et les héritiers pour l’autre moitié.

Après néanmoins que ladite Catherine aura pris une somme de 150 florins sur cette moitié dudit Didier Claude Pierre pour elle et les siens, qu’il lui a donné pour reconnaissance des bons soulagements qu’elle lui a  fait  et qu’elle lui promet de lui faire tant qu’il plaira à Dieu de les laisser vivre ensemble qu’elle lui survive ou non. 

 

En cinquième lieu, ladite Catherine de la Coste réciproquement au cas où le dit Didier Claude Pierre lui survive, veut et entend que ladite somme retourne à ses 4 enfants où leurs héritiers  qu’à l’égard des dettes passives qui pourraient se trouver en leur succession, après la mort du premier mourrant seront payées la moitié par le survivant, l’autre moitié par les héritiers du premier mourrant.

 

…… ayant déclaré qu’eux ainsi que leurs intentions est qu’ils prétendent que les présents sont en leur plein et entier effet, se réservant néanmoins le pouvoir de diminuer ou d’augmenter en totalité ou en partie. Promettant les deux parties avoir….pour agréable, ferme et stable sans y contrevenir directement ni indirectement. 

Au dit lieu des Huttes, par-devant le Notaire Royal, le vingt quatre novembre 1706 en présence des officiers, de Didier Claude Pierre, Catherine de la Coste ainsi que ladite Marguerite leur fille ont seulement fait leur marque, ayant déclaré ne savoir écrire.

 

Didier Claude Pierre fils  signe

Colas Balthasar

Miclin Ancel

Simon

Commenter cet article