Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog généalogique d' Anne LUDWIG

L'église de Vaux-Champagne

1 Mai 2008, 14:07pm

Publié par Anne LUDWIG

 

 

 

 

 

 

Reconstruite sur les fondations d’une ancienne église du temps de Charlemagne, elle date de 1150 environ. Les fonts baptismaux sont en pierre bleue de Givet avec quatre têtes d’angle qui se posent sur une colonne centrale. La pierre tombale à l’intérieur est celle de Guillemette de Sorbey d’origine anglaise, épouse de François Deschamps, seigneur de Vaux en 1100. D’art roman elle est dédiée à saint Rémi. La dîme revenaient essentiellement au chapitre de Reims, le curé avait sur ces dîmes un préciput de 13 setiers et demi de froment à racle, 9 setiers et demi de seigle, 19 setiers et demi d'avoine, plus les noyaux et les menues dîmes.
L’église est dotée d’une cloche bénie en 1922 par l’abbé Gustave Montouillout, curé de Vaux du 1er juillet 1892 au 29 juin 1947 (!) assisté de l’abbé Pol Aublin originaire du village, le parrain est Félix Féquant, la marraine Madeleine Fromentin. La cloche précédente, bénie le 20 mai 1784 par le curé Jean Louis FOREST, avait été prise par les Allemands.

Source : Journal du pays d'Argonne octobre 2000
Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers d'Octave Guelliot

Sur ce sujet, consultez également l’article :

 http://jeanluccollignon.blog4ever.net/vaux-champagne-le-mystere-de-la-face-cachee

 

 

 

 

Commenter cet article

Collignon 09/03/2011 18:40



bien pour votre article sur l'église de Vaux-Champagne : une remarque maintes fois constatée par ailleurs: les fonts baptismaux s'écrivent avec un t. Le mot vient de
fontaine baptismale, et rien à voir avec le fonds de commerce!...Même si pour certains ce sujet en est un! La cuve était à l'origine prévue pour cinq supports, en plus des
quatre têtes d'angle, l'intérêt de cette cuve réside dans son motif iconographique représentant un masque d'où s'échappent deux palmettes, intérprétation du thème du mufle du félin qui crache des
végétaux, symbole du Christ ressuscité qui donne la vie éternelle. Les quatre têtes symbolisent les quatre fleuves de la Bible. Elles sont classiques sur les fonts romans de ce type (plus d'une
soixantaine dans le département des Ardennes et près de 400 répertoriés en Europe) Amicalement JLC



Anne LUDWIG 02/08/2012 18:55



Merci pour ce commentaire éclairé, je suis preneuse de toutes informations concernant Vaux-Champagne.